Quel type de "ville intelligente" sera le plus utile lorsque le changement climatique atteindra?

 – Prix et avis

Quel type de "ville intelligente" sera le plus utile lorsque le changement climatique atteindra? – Prix et avis

<div _ngcontent-c15 = "" innerhtml = "

La ville intelligente a capturé l'imagination du monde, mais les décideurs et les innovateurs n'ont pas encore construit de villes suffisamment "intelligentes" pour survivre aux défis du 21dans siècle. Nos villes ne sont pas préparées pour l'avenir car trois grandes tendances sont prêtes à changer la nature et le but de la vie urbaine dans les 30 prochaines années. Ce sont l'urbanisation de masse, le vieillissement de la population et la crise climatique. Tous les trois accélèrent.

La ville, telle que nous la connaissons, est mal équipée pour faire face à l’évolution démographique et à la croissance démographique rapide. Il n'est pas non plus préparé à protéger les résidents de la chaleur extrême, de la montée des mers et des changements climatiques.

De nombreuses villes d'Amérique du Nord, avec leur expansion urbaine et leur manque de transport en commun, sont les plus gros inconvénients. Pourtant, les villes ont un financement limité et peu de moyens d'augmenter les impôts. S'ils ne peuvent pas gérer tous ces problèmes en même temps, où devraient-ils utiliser au mieux votre budget limité d'impôt? Quel type de "ville intelligente" devrions-nous nous efforcer de créer? & Nbsp; & nbsp; & nbsp;

Une stratégie de ville intelligente

Les villes du monde entier doivent développer des stratégies pour ce qu'elles souhaitent devenir en 2050. Ces choix détermineront le choix secondaire des systèmes intelligents sur lesquels s'appuyer et de la manière de les gérer.

Au minimum, les villes futures devront devenir:

(1) Des styles intelligents contre un climat de plus en plus hostile

(2) des communautés attractives pour la population vieillissante et

(3) des refuges pour les réfugiés de l'environnement qui demandent l'asile et la protection.

Ces défis requièrent davantage d'habitations et d'infrastructures publiques différentes et combinées avec les transports en commun, des services de mobilité partagée, des vélos et des scooters électriques. Voyons comment chaque mégatendance porte ces exigences stratégiques.

Urbanisation et vieillissement

En 2008 pour la première fois dans l'histoire humaine plus de gens vivaient dans les villes que pas, La population urbaine mondiale a augmenté pour atteindre 3,3 milliards. La congestion, la pollution et la hausse des coûts de logement qui en ont résulté n’ont pas ralenti la tendance. Les possibilités d'emploi, d'éducation, d'investissement et de loisirs étaient trop importantes pour être contrées et la ferme familiale ne correspondait plus à l'agriculture industrielle.

Dans mon pays, le Canada, plus de 80% de la population vit déjà dans les villes et, dans le monde, 55% ont également choisi la vie urbaine. En 2050, ce chiffre pour le Canada sera de 90%, tandis que l'ONU évaluation que la zone urbaine mondiale atteindra près de 70%, ajoutant environ 2,5 milliards de personnes aux villes.

35% de la croissance urbaine mondiale ne sera concentrée que dans trois pays: l’Inde, la Chine et le Nigéria. Ils peuvent donner le ton à la vie urbaine dans la seconde moitié de ce siècle et cela affectera tous les autres peuples du monde.

La plupart des villes devront faire face non seulement à la croissance, mais également au vieillissement de la population. Jusqu'en 2050, plus de 25% de la population de l'Asie de l'Est aura plus de 65 ans (le double de ce qu'elle est aujourd'hui), 27% de l'Europe sera âgée, et 22% des États-Unis plus éloignés du Japon auront une population de 40% 2050!

De nombreuses zones urbaines vieillissantes vivront avec des retraites limitées, voire aucune. Dans de nombreux pays, les personnes âgées seront plus performantes que les enfants et les adolescents. Cela nécessitera des modifications majeures de l'infrastructure et des services qui doivent être développés maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

S'adapter au changement climatique n'est plus un choix

Parallèlement à la croissance démographique exponentielle du siècle dernier, l’économie mondiale est devenue dépendante des combustibles fossiles. Ils ont sorti des milliards de dollars de la pauvreté, du commerce mondialisé, nourri le libéralisme et créé une prospérité que les générations précédentes n'auraient jamais pu imaginer. Ils permettent également la dispersion urbaine avec tous ses effets carbone.

Bien avant la création d'Al Gore Vérité inconfortable en 2006, la communauté scientifique spécialisée dans les sciences du climat est parvenue à un consensus sur le fait que la combustion de combustibles fossiles était à l'origine du changement climatique en libérant du dioxyde de carbone, du méthane et d'autres gaz à effet de serre.

Nous en subissons les conséquences. Des températures record, des incendies de forêt et des tempêtes ont dévasté des communautés et créé des vagues de réfugiés climatiques en provenance de Syrie (à cause des courants d'air), d'Afrique et des Bahamas récemment, où 70 000 personnes ont tout perdu. La diminution des glaces polaires et l'élévation du niveau de la mer menacent les populations côtières et augmentent leur vulnérabilité aux tempêtes tropicales.

Il existe un groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) calcule l’humanité aura réduit ses émissions de carbone de 45% d’ici 2030, faute de quoi le réchauffement causera des dommages permanents aux écosystèmes essentiels au maintien de la vie, tels que les récifs coralliens. La probabilité de réussite est pratiquement nulle. Depuis toujours, nous continuons de construire des villes qui ne sont pas seulement dépendantes des combustibles fossiles, mais qui sont aussi extrêmement vulnérables au changement climatique.

En tant qu’investisseur dans les technologies propres et l’IA, j’espère que l’énergie solaire, éolienne, le stockage de l’énergie, le captage du carbone, l’hydrogène vert, l’énergie de synthèse et d’autres technologies émergentes nous épargneront le pire de la crise climatique à venir. Cependant, il est très probable que nous franchirons des seuils critiques avant que ces technologies de nouvelle génération ne puissent décarboniser l’économie mondiale à grande échelle.

Qu'on le veuille ou non, nous entrons dans une phase où l'adaptation au changement climatique n'est pas moins importante que la limitation des émissions. En tant qu'investisseur, je pense de manière critique aux villes du futur, car elles peuvent intégrer les technologies obsolètes que nous adoptons tous aujourd'hui (y compris les capital-risqueurs) et créer de nouvelles opportunités colossales qui nécessitent un peu d'imagination pour être reconnues.

Mégatendances croisées

Comment se croisent l'urbanisation, le vieillissement de la population et la crise climatique? Parmi tous les exemples parmi lesquels choisir, la menace de la montée du niveau de la mer appartient à votre propre ligue d'horreur.

La dernière, faisant autorité étudier prévoit que le niveau de la mer augmentera de deux mètres d'ici 2100 si les émissions continuent d'être vérifiées. Plus de 187 millions de personnes vivant sur le littoral risquent de devenir des réfugiés environnementaux d'ici 2050. Les zones métropolitaines asiatiques, notamment Shanghai (26 millions), Mumbai (20 millions) et Osaka (19 millions), sont exposées à un risque disproportionné. . Bien sûr, les mers ne font pas de discrimination. Venise et Miami sont déjà inondées régulièrement, tandis que New York, Rio de Janeiro, Londres, Dubaï, Vancouver, Melbourne et d'autres sont également en danger.

Jakarta, une ville de 10 millions d’habitants, en est déjà un terrible exemple. Il descend actuellement de 20 cm par an car les résidents pompent trop d’eau souterraine. Le président indonésien, Joko Vidodo, a approuvé la construction d'un mur de digue d'urgence d'une valeur de 42 milliards de dollars autour de la ville. Toutefois, si le pompage des eaux souterraines n’a pas été arrêté, la digue pourrait couler avec la ville, la rendant encore plus vulnérable à l’élévation du niveau de la mer.

Les modèles prédisent qu’en 2050, un tiers de Jakarta & nbsp;peut être submergéDans le même temps, si le pompage des eaux souterraines est interdit, 40% de la population perdra sa source d’eau douce. sur 9% Les Indonésiens avaient plus de 60 ans en 2017 et cette part devrait augmenter. C’est pourquoi, à Jakarta, environ un million de personnes, soit un dixième de sa population, ne pourront pas se déplacer sans assistance physique et financière. & nbsp; C'est une crise existentielle urbaine que le monde moderne n'a jamais vue. Rien d’étonnant, à la fin du mois d’août, il a été décidé de transférer la capitale indonésienne à la nbsp; installation dans la province peu peuplée de Kalimantan Est sur & nbsp; Île de Bornéo.

Ce n’est pas que les résidents les plus riches de Jakarta puissent se permettre de construire des digues autour de leurs maisons ou de se dessaler eux-mêmes. Dans mon pays de naissance, aux Pays-Bas, les gens le comprennent mieux que quiconque. Environ un tiers du pays se situe en dessous du niveau de la mer et l’aéroport d’Amsterdam est à 13 mètres. Cela nécessite des fossés et des canaux et un système de pompage délicat pour assurer la plus grande partie du pays.

De nombreuses villes de l'intérieur feront face à diverses crises environnementales. Dans les zones équatoriales, les canicules estivales deviendront insurmontables sans contrôles trimestriels, ni même urbains. Dans les zones boisées, des incendies de plus en plus agressifs peuvent obliger les villes à abandonner leurs banlieues environnantes et à protéger leur noyau. Lorsque des tornades et des ouragans violents mettent des millions de personnes en danger, les villes devront décider de ce qui est protégé.

La menace du changement climatique pour les villes est toujours collective et constitue un plan d’action nécessaire. Cela oblige les politiciens à faire des choix très stratégiques. Le marché libre ne peut pas remplacer l’eau douce pour des millions de personnes, ni assurer une protection collective à 10 millions de personnes. Nous devrons adapter nos structures urbaines, nos systèmes gouvernementaux et nos cultures pour relever ces défis. Peut-être des pays comme le Japon, les Pays-Bas et Singapour peuvent-ils proposer une feuille de route pour y parvenir.

Les villes environnementales vont défier les structures politiques existantes

Les villes en difficulté auxquelles elles seront confrontées au cours des prochaines décennies sont extrêmement méchantes. L'urbanisation croissante pousse les gens dans les villes qui offrent des opportunités, une protection et de l'enthousiasme. Entre temps, le changement climatique menace ces nombreuses villes et nécessite une action collective qui limitera les libertés individuelles en échange d'un environnement sûr et durable.

Prenons l'exemple décalé qui éveille déjà la ville emblématique. À New York, la division automobile a provoqué de graves embouteillages, car les conducteurs d’Uber et de Lyft ayant besoin d’un emploi flexible détournent les gens des transports en commun.

Et 2018 rapport ont constaté que les véhicules loués représentaient 29% du trafic à New York et utilisaient 41% de leur temps de travail au ralenti. Il y a une réponse à New York gelé nouvelles immatriculations de voitures de location – qui incluent Uber et Lyft – et introduction de prix de congestion dans certaines parties de la ville. Uber conteste le gel de l'enregistrement d'un tribunal. Il n'y a pas de fin à ce conflit. & Nbsp; & nbsp; & nbsp;

Le dilemme Uber et Lyft montre comment l'individualité de la vie urbaine d'aujourd'hui, où ambition et choix personnels n'ont pas de frontières, peut répondre aux besoins collectifs. Les chauffeurs à la recherche de revenus ont construit une entreprise de mécontentement et des limites du système de transport en commun de New York. Pourtant, ces conducteurs se sont répandus dans la mesure où ils encombrent les rues, exaspèrent les autres propriétaires de voitures et perturbent des services publics vitaux tels que les équipes de secours et l’élimination des déchets.

Qu'est ce que cela signifie? Les villes fortifiées de châteaux datant d’aujourd’hui ont peut-être davantage à voir avec les villes futures que les vastes zones métropolitaines actuelles. Le mécontentement suscité par le covoiturage est étrange comparé aux conflits que les villes touchées par le climat devront négocier.

Comment faire face aux menaces combinées d'urbanisation, de vieillissement de la population et de catastrophes environnementales? Le marché libre n'est pas prêt à prendre de telles décisions.

Les villes futures auront besoin de nouvelles conceptions basées sur la sécurité et la résilience partagées, supportées par tous les smartphones disponibles. Et ces villes risquent de ne pas adopter toutes les idéologies de marché libre et l'individualisme qui prévalent en Amérique du Nord et une base de fans grandissante ailleurs.

Une opportunité désespérée

Le tableau que j'ai peint peut sembler sombre à certains, mais il peut également constituer un moyen d'avancer pour l'humanité. Considérez comment Paris a atteint sa grandeur actuelle en s'appuyant sur la vision des dirigeants qui ont construit les grands boulevards il y a plusieurs centaines d'années. Ils quittent le passé en faveur de l'avenir.

Aujourd'hui, les villes ont la même opportunité de construire de nouvelles infrastructures à partir de leur noyau dans les municipalités environnantes. Ces zones métropolitaines déterminées formeront de plus grandes entités juridiques capables de fournir des transports, un logement, un travail et des services plus efficacement et à moindre coût. Les dirigeants municipaux doivent voir grand, pas petit.

En tant qu'investisseur en technologies propres et en IA, j'ai le privilège de soutenir les entrepreneurs qui sont les pionniers des technologies innovantes durables et intelligentes pour l'avenir de la vie urbaine. Ils développent de nouvelles formes de transport en commun, l'agriculture urbaine, la construction, la technologie du logement et des technologies de construction intelligentes qui peuvent créer des emplois et contrer le changement climatique.

Les prévisions ne seront peut-être pas si sombres si nous commençons à développer et à mettre en œuvre les bonnes solutions rapidement. Mais sachez que le temps n’est pas de notre côté.

J'espère qu'en soulignant les problèmes importants auxquels les villes seront confrontées au cours des 30 prochaines années, je pourrai inciter les villes à se concentrer sur les décisions stratégiques et motiver les entrepreneurs à rechercher des innovations de rupture permettant la prospérité humaine sur une planète en rapide mutation. Oubliez l'incrémentalisme. Notre objectif doit être d'adapter nos villes aux défis de l'urbanisation, du vieillissement de la population et du changement climatique le plus rapidement possible. Pensons grand sur l'avenir. Th serait intelligent. & nbsp;

">

La ville intelligente a capturé l'imagination du monde, mais les décideurs et les innovateurs n'ont pas encore construit de villes suffisamment "intelligentes" pour survivre aux défis du 21dans siècle. Nos villes ne sont pas préparées pour l'avenir car trois grandes tendances sont prêtes à changer la nature et le but de la vie urbaine dans les 30 prochaines années. Ce sont l'urbanisation de masse, le vieillissement de la population et la crise climatique. Tous les trois accélèrent.

La ville, telle que nous la connaissons, est mal équipée pour faire face à l’évolution démographique et à la croissance démographique rapide. Il n'est pas non plus préparé à protéger les résidents de la chaleur extrême, de la montée des mers et des changements climatiques.

De nombreuses villes d'Amérique du Nord, avec leur expansion urbaine et leur manque de transport en commun, sont les plus gros inconvénients. Pourtant, les villes ont un financement limité et peu de moyens d'augmenter les impôts. S'ils ne peuvent pas gérer tous ces problèmes en même temps, où devraient-ils utiliser au mieux votre budget limité d'impôt? Quel type de "ville intelligente" devrions-nous nous efforcer de créer?

Une stratégie de ville intelligente

Les villes du monde entier doivent développer des stratégies pour ce qu'elles souhaitent devenir en 2050. Ces choix détermineront le choix secondaire des systèmes intelligents sur lesquels s'appuyer et de la manière de les gérer.

Au minimum, les villes futures devront devenir:

(1) Des styles intelligents contre un climat de plus en plus hostile

(2) des communautés attractives pour la population vieillissante et

(3) des refuges pour les réfugiés de l'environnement qui demandent l'asile et la protection.

Ces défis requièrent davantage d'habitations et d'infrastructures publiques différentes et combinées avec les transports en commun, des services de mobilité partagée, des vélos et des scooters électriques. Voyons comment chaque mégatendance porte ces exigences stratégiques.

Urbanisation et vieillissement

En 2008, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, plus de personnes vivaient dans les villes que jamais. La population urbaine mondiale a augmenté pour atteindre 3,3 milliards. La congestion, la pollution et la hausse des coûts de logement qui en ont résulté n’ont pas ralenti la tendance. Les possibilités d'emploi, d'éducation, d'investissement et de loisirs étaient trop importantes pour être contrées et la ferme familiale ne correspondait plus à l'agriculture industrielle.

Dans mon pays, le Canada, plus de 80% de la population vit déjà dans les villes et, dans le monde, 55% ont également choisi la vie urbaine. D'ici 2050, ce nombre sera de 90% pour le Canada, tandis que l'ONU estime que la zone urbaine mondiale atteindra près de 70%, ajoutant environ 2,5 milliards de personnes aux villes.

35% de la croissance urbaine mondiale ne sera concentrée que dans trois pays: l’Inde, la Chine et le Nigéria. Ils peuvent donner le ton à la vie urbaine dans la seconde moitié de ce siècle et cela affectera tous les autres peuples du monde.

La plupart des villes devront faire face non seulement à la croissance, mais également au vieillissement de la population. D'ici 2050, plus de 25% de la population de l'Asie de l'Est aura plus de 65 ans (le double de ce qu'elle est aujourd'hui), 27% de l'Europe sera âgée et 22% des États-Unis. Au-delà du Japon, il y aura 40% d'adultes d'ici 2050!

De nombreuses zones urbaines vieillissantes vivront avec des retraites limitées, voire aucune. Dans de nombreux pays, les personnes âgées seront plus performantes que les enfants et les adolescents. Cela nécessitera des modifications majeures de l'infrastructure et des services qui doivent être développés maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

Адаптирането към изменението на климата вече не е избор

Заедно с експоненциалното нарастване на населението през миналия век, глобалната икономика стана зависима от изкопаеми горива. Те извадиха милиарди от бедността, глобализираната търговия, подхраниха либерализма и създадоха просперитет, какъвто предишните поколения никога не можеха да си представят. Те също така позволяват градско разпръскване с всичките му въглеродни ефекти.

Много преди премиерата на Ал Гор Неудобна истина през 2006 г. общността на науката за климата постигна консенсус, че изгарянето на изкопаеми горива причинява климатични промени чрез отделяне на въглероден диоксид, метан и други парникови газове.

Преживяваме последствията. Рекордно високите температури, горските пожари и бурите опустошиха общностите и създадоха вълни от климатични бежанци от Сирия (заради чернови), Африка и наскоро Бахамските острови, където 70 000 души загубиха всичко. Свиването на полярния лед и повишаването на морското равнище заплашват крайбрежните популации и увеличават тяхната уязвимост към тропически бури.

Междуправителственият комитет по изменението на климата (IPCC) изчисли, че човечеството има до 2030 г. да намали въглеродните емисии с 45%, в противен случай затоплянето ще причини необратими щети на поддържащите живота екосистеми, като коралови рифове. Вероятността да успеем е на практика нулева. През цялото време ние продължихме да изграждаме градове, които не са зависими само от изкопаеми горива, но са опасно уязвими от изменението на климата.

Като инвеститор на чисти технологии и AI, се надявам, че слънчевата енергия, вятърът, съхраняването на енергия, улавянето на въглерод, зеления водород, синтезираната енергия и други нови технологии ще ни спестят най-лошото от настъпващата климатична криза. Въпреки това е много вероятно да преминем критични прагове, преди тези технологии от следващо поколение да могат да декарбонизират глобалната икономика в мащаб.

Харесва ви или не, навлизаме във фаза, в която адаптирането към изменението на климата е не по-малко важно от ограничаването на емисиите. Като инвеститор мисля критично за градовете на бъдещето, защото те могат да направят остарели технологии, които всички ние (включително и рискови капиталисти) поддържаме днес – и те могат да създадат масивни нови възможности, които изискват малко въображение, за да се разпознае.

Пресичащи се мегатренди

Как се пресичат урбанизацията, застаряващото население и климатичната криза? От всички примери, от които да изберете, заплахата от повишаване на морското равнище принадлежи към собствената си ужасяваща лига.

Най-новото, авторитетно проучване прогнозира, че морското равнище ще се повиши два метра до 2100 г., ако емисиите продължат да бъдат отменени. Повече от 187 милиона души, които живеят на бреговата ивица, вероятно ще станат екологични бежанци до 2050 г. Азиатските столични райони, включително Шанхай (26 милиона души), Мумбай (20 милиона) и Осака (19 милиона), са несъразмерно изложени на риск. Разбира се, моретата не дискриминират. Венеция и Маями вече заливат редовно, докато Ню Йорк, Рио де Жанейро, Лондон, Дубай, Ванкувър, Мелбърн и други също са в опасност.

Джакарта, град с 10 милиона души, вече е страшен пример. В момента потъва с 20 см годишно, защото жителите изпомпват твърде много подземни води. Президентът на Индонезия Джоко Видодо одобри изграждането на аварийна морска стена на стойност 42 милиарда долара около града. Ако изпомпването на подземните води обаче продължава да не е спряло, морската стена може да потъне заедно с града, оставяйки го още по-уязвима към повишаващото се морско равнище.

Моделите предвиждат, че до 2050 г. една трета от Джакарта може да бъде потопена. В същото време, ако се забрани изпомпването на подземни води, 40 процента от населението ще загуби източника си на прясна вода. Около 9% от индонезийците бяха по-стари от 60 години през 2017 г. и се очаква делът да се покачи. Така че, изчислете, че около 1 милион души в Джакарта – една десета от населението му, няма да могат да се преместят без физическа и финансова помощ. Това е градска екзистенциална криза, подобна на която съвременният свят никога не е виждал. Не е чудно, че в края на август беше решено столицата на Индонезия да се премести в обект в слабо населена провинция Източен Калимантан на остров Борнео.

Не е, че най-заможните жители на Джакарта могат да си позволят да строят диги около отделните си домове или да обезсоляват морска вода сами. В страната, в която съм роден, Холандия, хората разбират това по-добре от всеки. Около 1/3 от страната е под морското равнище, а летището на Амстердам е зашеметяващите 13 метра под. Това изисква диги и канали и деликатна система за непрекъснато изпомпване, за да се гарантира, че по-голямата част от страната може да съществува.

Много градове във вътрешността ще бъдат изправени пред различни екологични кризи. В екваториалните зони летните горещи вълни ще станат непреодолими без квартални или дори градски климатични контроли. В залесените райони все по-агресивните пожари могат да принудят градовете да изоставят околните си предградия и да защитят ядрото. Когато насилствените торнадо и урагани излагат милиони на риск, градовете ще трябва да решат какво е защитено.

Заплахата от изменението на климата за градовете винаги е колективна и такъв е необходимия начин на действие. Това изисква политиците да правят много стратегически избор. Свободният пазар не може да замени източник на сладка вода за милиони хора, нито може да организира колективна защита за 10 милиона души. Ще трябва да адаптираме нашите градски структури, правителствени системи и култури за справяне с тези предизвикателства. Може би държави като Япония, Холандия и Сингапур могат да предложат пътна карта как да направите това.

Безопасните за околната среда градове ще предизвикат съществуващите политически структури

Проблемните градове, с които се сблъскват през следващите десетилетия, са изключително нечестиви. Повишената урбанизация кара хората в градовете, които предлагат възможност, защита и вълнение. Междувременно изменението на климата заплашва тези много градове и изисква колективни действия, които ще ограничат индивидуалните свободи в замяна на безопасна и устойчива среда.

Вземете причудлив пример, който вече развълнува емблематичен град. В Ню Йорк разделянето на автомобили предизвика тежки задръствания, тъй като шофьорите на Uber и Lyft, нуждаещи се от гъвкава заетост, примамват хора далеч от обществения транспорт.

Доклад за 2018 г. установява, че превозните средства под наем представляват 29% от трафика в Ню Йорк и те прекарват 41% от работното си време празно. В отговор Ню Йорк замрази новите регистрации на превозни средства под наем – включително Uber и Lyft – и въведе ценообразуване на задръствания в някои части на града. Uber оспорва замразяването на регистрацията в съда. Няма край на този конфликт.

Дилемата Uber и Lyft илюстрира как индивидуалността на днешния градски живот, където личната амбиция и избор нямат граници, могат да се сблъскат с колективните нужди. Шофьорите, които търсят доходи, са изградили бизнеса на недоволството и ограниченията на системата за обществен транспорт в Ню Йорк. И все пак тези шофьори се разпространиха до степен, в която задръстваха улици, вбесявайки други собственици на автомобили и нарушавайки жизненоважни обществени услуги, като например реагиращи и изхвърляне на отпадъци.

Какво означава това? Укрепените замъчни градове от по-рано могат да имат повече общо с бъдещите градове, отколкото разпростиращите се столични райони на настоящето. Недоволството от споделянето на вози е странно в сравнение с конфликтите, с които градовете, засегнати от климата, ще трябва да преговарят.

Как да се справим с комбинираните заплахи от ускоряване на урбанизацията, застаряване на населението и екологична катастрофа? Свободният пазар сам по себе си не е готов да взема такива решения.

Бъдещите градове ще изискват нови дизайни, базирани на споделена защита и устойчивост, подкрепени от всички налични смартфони. И тези градове може да не успеят да приемат всички идеологии на свободния пазар и индивидуализъм, които преобладават в Северна Америка и имат нарастваща фенбаза другаде.

Възможност в отчаянието

Картината, която рисувах, може да изглежда мрачна за някои, но може да предложи възможност и път напред към човечеството. Помислете как Париж постигна сегашното си величие, като надгради визията на градските лидери, които построиха големите булеварди преди няколкостотин години. Те оставят миналото в полза на бъдещето.

Днес градовете имат подобна възможност за изграждане на нова инфраструктура от своето ядро ​​в околните общини. Тези умишлени мегаполиси ще формират по-големи юридически лица, които могат да предоставят транспорт, жилище, работа и услуги по-ефективно и евтино. Градските лидери трябва да мислят за големи, а не за малки.

Като инвеститор на чисти технологии и AI имам привилегията да подкрепям предприемачи, които са пионер на иновативните устойчиви и интелигентни технологии за бъдещия градски живот. Те разработват нови форми на обществен транспорт, градско селско стопанство, строителство, жилищни технологии и интелигентни строителни технологии, които могат да създадат работни места и да се противопоставят на променящия се климат.

Прогнозата може да не е чак толкова мрачна, ако скоро започнем да разработваме и прилагаме правилните решения. Но моля, осъзнайте, че времето не е на наша страна.

Надявам се, че осветявайки важни за градовете проблеми през следващите 30 години, мога да вдъхновя градовете да се съсредоточат върху стратегическите решения и да мотивирам предприемачите да преследват пробивни иновации, които ще дадат възможност за просперитет на човека на бързо променяща се планета. Забравете инкрементализма. Нашата цел трябва да бъде възможно най-бързо да адаптираме градовете си към предизвикателствата на урбанизацията, застаряващото население и изменението на климата. Нека мислим голямо за бъдещето. Че би било умно.

Laisser un commentaire

Fermer le menu